www.athle.fr
Accueil
us berry athlétisme (bourges)
HISTORIQUE DU CLUB

L'UNION SPORTIVE DU BERRY fut créée le 2 mars 1902, au cours d'une réunion au Palmarium Séraucourt, à laquelle assistaient une quinzaine de membres. Les principaux instigateurs de cette réunion furent Louis et Gaston Tavernier, tous les deux patissiers-confiseurs chez leur père, Georges Tavernier. Ils étaient assistés de Marty (un coureur de fond, qui avait terminé 7ème dans un marathon à Paris), Besnard, Bry, Puech et Gonzalès.

Les couleurs choisies étaient noir et vert par tiers. Le siège social fut installé au Palmarium Séraucourt où la société se réunissait une fois par mois. Le Prince d'Arembert fut nommé président d'honneur tandis que Louis Tavernier fut le premier président élu. La société ainsi constituée fut déclarée à la Préfecture et reconnue officiellement le 14 novembre 1909.

Dès le départ, l'athlétisme a été, avec le rugby, le sport le plus pratiqué au sein de l'US Berry. De 1902 à nos jours, il n'y eut aucune interruption à la pratique de ce sport qui connut, sous l'active direction de M. Lacour (1906 à 1945), un éclat tout particulier.

  • 1902 les dirigeants s'efforcent d'abord de former des athlètes. Les premières séances d'entraînement eurent lieu sur le champ de foire et sur la route, car les courses sur route étaient à cette époque, très en faveur.
  • 1903 l'USB a l'autorisation de s'entraîner au Parc de Vauvert où la Société Jacques Coeur avait fait construire "une piste cycliste en terre". Au cours de l'été, l'US Berry y organise sa première réunion d'athlétisme. Une douzaine d'athlètes participent à toutes les épreuves : 100, 400, 800, 1500 et 2500 mètres "handicap". Louis Tavernier et Marty prennent les deux premières place du 2500 et du 1500 m, tandis que Gaston Tavernier enlève le 100 et le 400 mètres. Le clou de la réunion est constitué par un match à deux sur 5000 m entre Cibot, vainqueur du marathon et du Tour de Paris, et Vianzonni, onzième du marathon, avec prime de 500 francs au premier et 200 francs au second. Cibot l'emporte en grand champion. Ces deux athlètes étaient venus passer huit jours à Bourges, les frais d'hôtel étant réglés par le club organisateur. Le prix d'entrée à Vauvert (50 centimes), permit de couvrir les frais. Le "Monde Sportif" organise la même année, le tour de Bourges. Gaston Tavernier gagne devant une cinquantaine de concurrents. L'USB comptait sept ou huit de ses membres dans les quinze premiers.
  • 1904 affiliée à l'Union des Sociétés Françaises des Sports Athlétiques (USFSA), l'USB relevait du Comité du Centre-Nord regroupant la Nièvre, l'Allier, le Cher et l'Yonne. Le club dispute sa première compétition inter-clubs, le Challenge Castaigne à Moulins. Ce cross se courait par équipe de cinq concurrents, dont quatre comptaient pour le classement. Il fallu faire des sélections car il y avait dix volontaires pour participer. Furent qualifiés : Gaston Tavernier, Léonce Berthelier, Dargiès, Moulins et Bry. Ces cinq coureurs se classèrent dans les sept premiers (avec une large victoire de Gaston Tavernier et Léonce Berthelier qui terminent main dans la main). C'est le premier Challenge gagné par l'US Berry. Aux championnats d'athlétisme disputés à Nevers, aucun titre ne revint aux athlètes "noir et vert", malgré une dizaine de participants aux diverses épreuves.
  • 1905 les championnats sont organisés à Bourges sur le terrain du Champ de Foire. Des athlètes de Nevers, Moulins, Auxerre et Bourges y prennent part. Un titre pour l'USB sur 1500 m où Berthelier, sans aucun entraînement, réussit à battre de deux mètres Bouchez, un coureur du Stade Français, qui courait pour la circonstance sous les couleurs du Peloton d'Avant-Garde de Nevers.
  • 1906 l'USB démissionne de l'USFSA car elle estime que Nevers et Auxerre sont trop favorisées dans l'organisation des manifestations officielles. Elle crée une Fédération Sportive du Centre qui groupe les clubs du Cher et des régions limitrophes. Adhèrent à cette nouvelle fédération, les sociétés de Saint-Florent, Vierzon et Montluçon.
  • 1907 premiers championnats FSC à Saint-Florent, sous la présidence du docteur Ladevèze, maire et conseiller général. Ce fut une réunion très réussie, devant un nombreux public. L'USB y glana un grand nombre d'épreuves. Le président et prinicipal animateur de la FSC, Ch. Genevoix part au régiment en octobre. Il ne se trouva personne pour poursuivre et l'USB dut redemander son adhésion à l'USFSA.
  • 1908, les records de l'USB sont les suivants : 100 m : Lantier 11"3/5, 400 m : Chambonnet 56"3/5, 800 m : Chambonnet 2'14"2/5, 1500 m : Laroze 4'37", poids : Heuillard 8m90, disque : Laroze 27m, perche : Heuillard 2m80, hauteur : Chambonnet 1m52, longueur : Heuillard 5m20. Laroze battra la même année, le record du 800 m en 2'10" et le record du Bourbonnais du 1500 m en 4'25"2/5.
  • 1909 à  1913 l'athlétisme subit une crise d'effectifs et les performances s'étiolent. Peu de participations aux épreuves régionales
  • 1914 un réveil se dessine et quelques athlètes se révèlent : Guesnier sur 100 et 200 m, Luberne sur 400 et 400 m haies, Chenault sur 800 et 1500 m, Frasnay en hauteur et en longueur et Blanchet au disque. En juillet, aux championnats du Bourbonnais, Frasnay est troisième en longueur, Burgué cinquième au 400 m et Péan troisième au poids. Ce sera la dernière réunion, le 2 août la guerre éclate. Pas de trace d'athlétisme entre 1914 et 1918, même si le stade sera fréquenté par des soldats en permission, des blessés et des employés des Etablissements Militaires.
  • 1919 une équipe solide se reforme. Le 1er juin, l'USB organise une grande fête champêtre au stade du Moulon. Quelques épreuves d'athlétisme voient les succès de Lefort en vitesse, Berthelot, Percher et Letève qui se révèlent. Le 15 juin, au stade du Parc des Sports du Moulon, grande manifestation qui attire une grande foule (très élégante). De bonnes performances sont réalisées. L'USB est quatrième derrière Nevers, Issoudun et Avord (où les militaires sont nombreux et de qualité). Se mettent en évidence Géo Dautelle, Robin, Soulié, Luberne et un jeune qui fera beaucoup parler de lui par la suite, Gustave Pailloux. Le 14 juillet, Pailloux enlève le 100 m, le 400 m et la longueur et Lefort le 1500 m.
  • 1920 sera une bonne année pour le club doyen. Au cours des éliminatoires des Bessonnaux, Gauthier gagnera le 60 et le 300 m, Paul Berthelot la hauteur, Percher frisera les 1m70 en hauteur, Dautelle et Riffault termineront ex aequo sur 100 m en 11"2/5, Dautelle gagnera encore le 400 m et Luberne le 110 m haies. Le 5 août, au Tour de Bourges, Mesnil gagne devançant Lagarde de deux mètres. L'arrivée avait lieu à Séraucourt. L'USB enlève le Challenge devant Vierzon, Tours, Orléans, le Stade Berruyer et Châteauroux. A Nevers, l'USB s'approprie le Challenge du Souvenir devant l'AS Michelin (qui deviendra l'AS Montferrandaise), avec Gressin, Pailloux et Dautelle qui font 1,2 et 3 sur 100 mètres.
  • 1921 en avril, journée régionale Bessonneau à Issoudun. L'USB se taille la part du lion avec Vilpreux et Bergès au 60 m, Chenault et Henry au 1000 m, Carreau en longueur, Malichard au poids, Pailloux sur 100 et 400 m, Mesnil sur 1500 m et Luberne sur 110 m haies. Le 5 mai, l'US Berry organise l'interrégional Bessonneau au Stade Louis Tavernier. Y participents les athlètes qualifiés du Centre, du Limousin, de Touraine, d'Orléanais, Seine, Yonne et Berry. Mesnil se met en évidence en remportant le 1500 et le 5000 m devant les parisiens, grands favoris.
  • 1922  l'USB remporte le Tour de Bourges et le Tour de St Amand avec Chinault, Ducam et Nicolle.
  • 1923 La grande vedette de l'année est Chinault qui remporte plusieurs courses importantes et qui se classe 21ème du cross de l'Intransigeant, devançant le futur recordman du monde du 1500 m, Baraton.
  • 1924 en avril, l'USB brille avec Auclair, Huleux, Jouannet, Boutet, Desriaux, Paul Berthelot, Vilpreux, Bailly et Langrenay. Puis au Challenge Dubost à St Amand, c'est Mesnil qui enlève le 1000 et le 3000, Ransy la hauteur et Malichard le poids. Mais une crise sérieuse éclate. Un groupe d'athlètes estime que le bureau de l'US Berry ne soutient pas suffisamment sa section d'athlétisme. Le 11 octobre, ils fondent l'Olympique de Bourges et quittent le club. Lourde perte pour l'USB qui voit partir Dautelle, Mesnil, Ransy, Chinault, Bardary, Millet, Malichard et Percher. Le coup est rude et il faudra près de trois ans à l'USB pour retrouver son rang de grand club d'athlétisme.
  • 1925 1926 les "noir et vert" continuent difficilement avec ceux qui sont restés, Pailloux, Gautier, Berthelot et des jeunes, Boutet, Bailly et Desriaux.
  • 1927, l'USB gagne le championnat du Cher de cross grâce à Fouassier 3ème, Brille 5ème, Bonnefond, Gatin, Colin et Breton. C'est sa première victoire sur l'Olympique de Bourges. Puis elle remporte le Challenge du Berry de cross avec les quatre premières places pour Rouby, Henry, Vaslin et Colin. En juin, l'USB remporte le Challenge Tavernier devant l'Olympique de Bourges, grâce à ses athlètes de second plan.
  • 1928 le Grand Prix des Jeunes révèle Thoridenet sur 300 mètres et la hauteur et on note les succès de Verminck, Liebert et de l'équipe de relais. Dans les championnats du Berry, Lescadieu remporte le 1500 mètres, Pailloux la longueur et victoire du relais 4 fois 100 mètres.
  • 1929 1930, une grande équipe se forme et le rayonnement de l'US Berry dépasse les limites de la région.
  • 1931 l'USB remporte les Challenges Louis Tavernier, Pillivuyt à Foëcy, Frédérick à Orléans, Sancergues, Marcel Plaisant, le Gâtinais à Montargis et Fournier-Demars à Saint Amand. Toutes ces belles performances sont dues à la classe de Roger David qui fut cette année là, champion de France des patronnages sur 100, 200 mètres et longueur, mais aussi de Mazieras qui gagne toutes les courses de haies, Gilbert, Boutet, Noblet, Lamaire, Caffard, Bussit et Boisselet.
  • 1932 avec les mêmes athlètes, l'USB conserve les challenges remportés en 1931 et y rajoute celui du CA Guerchois et celui d'Aremberg. L'Olympique de Bourges fusionne au sein de l'US Berry.
  • 1933 révéla deux athlètes, Lamouroux, un excellent coureur de fond et Denizet, un spécialiste 400/800 qui devait réaliser de grandes performances. Il enlève le championnat de France universitaire sur 800 m en 1'59". Il représente la France aux Jeux Universitaires de Turin et se classe troisième de sa série du 800 m en 1'59"6 et 9ème en finale. Il bat le record du Berry du 400 m en 52"4/5.
  • 1934 Denizet bat une nouvelle fois le record du Berry du 800 m en 1'57"4/5. Il est sacré champion de France militaire sur cette même distance. Roger David revient en forme et bat le record du Berry du saut en longueur avec 6m87.